La jeunesse Sourde

La question :
Les jeunes Sourds ont tendance à ne pas être en contact ou à ne pas s’impliquer dans la communauté Sourde en général, à manquer l’accès au pouvoir et à la capacité de l’utiliser dans des processus décisionnels, et à être incertains de leur propre identité.

Notre position :
Les organisations des Sourds doivent faire davantage d’efforts pour présenter aux jeunes leur langue et leur culture légitime, pour apporter des modèles Sourds ainsi que la culture et la langue Sourdes dans les écoles ordinaires, et pour garder les écoles centralisées pour les Sourds comme option valable pour l’éducation et la socialisation.

Ces dernières années la tendance a été, pour les gouvernements, de fermer les écoles pour les Sourds et les programmes pour les Sourds et de placer tous les élèves dans des écoles ordinaires, peu importe leurs préférences linguistiques et peu importe qu’il y ait ou non des services de soutien suffisants et appropriés pour eux dans les écoles ordinaires. Fréquemment, les interprètes ne sont pas qualifiés, ou ne sont pas disponibles pour la totalité de la journée scolaire. Dans la majorité des écoles non-Sourdes, les enseignants et le personnel administratif ne connaissent ni la culture Sourde ni la langue des signes.

Nous croyons que le placement dans les écoles ordinaires sont, même quand c’est bien fait, aliène les jeunes Sourds. Il enlève toute valeur à leur langue naturelle et à leur culture en les laissant avec peu de pairs ou bien aucun pair ou modèle à imiter qui est également Sourd. Il leur accorde peu d’occasions d’être présentés à la culture Sourde et d’apprendre ces manières et ces valeurs. Il insiste sur le fait que les jeunes Sourds doivent adopter une langue, une culture, des pairs, des modèles à imiter, et des valeurs qui sont non seulement étrangers mais qui ne peuvent pas fournir une identité vraie et confortable aux jeunes Sourds, simplement parce qu’ils sont Sourd et les autres ne le sont pas. Toutes ces facteurs peuvent influencer la perception d’un élève de son identité et de sa valeur propre : ils sont placés dans le contexte d’une minorité qui doit tenter de ressembler à une majorité, un statut qui implique qu’ils sont, d’une certaine manière, inférieurs.
L’Association des Sourds du Canada – Canadian Association of the Deaf croit qu’au minimum, les écoles centralisées pour les Sourds doivent demeurer ouvertes en tant qu’une alternative pour l’éducation et la socialisation des enfants Sourds, et que la culture et la langue Sourdes doivent être respectées et maintenues, car elles sont tout aussi valides que n’importe quelle culture et langue d’entendants.

En plus du maintien des écoles centralisées pour les Sourds, nous insistons que la culture et la langue des signes des Sourds doivent être bien accueillies dans les écoles ordinaires partout où de jeunes Sourds sont présents. Des adultes qui sont eux mêmes Sourds doivent être embauchés pour faire partie du personnel de l’école, tels que des conseillers, des administrateurs, des professeurs et des professeurs de cours spéciaux ; ces individus peuvent jouer le rôle d’un modèle pour les jeunes Sourds, en leur montrant que les individus Sourds sont valorisés et sont des citoyens qui contribuent à la société avec leur propres langue et culture. Les jeunes Sourds doivent recevoir des leçons d’ASL ou de LSQ données par des professeurs Sourds qualifiés ; les recherches démontrent que si un individu a une bonne base dans sa langue maternelle, cela l’aidera à entretenir sa deuxième langue – dans ce cas, ASL/LSQ aidera les élèves dans leur formation bilingue en anglais ou en français. Les Jeunes sourds doivent également recevoir de l’information sur l’histoire et la culture Sourdes et ils doivent être encouragés à participer aux organisations Sourdes locales. Si on connait sa propre histoire culturelle et ses racines, cela permet de promouvoir le sentiment d’appartenance et de reconnaissance au sein d’un individu. L’interaction avec les organisations Sourdes aidera les jeunes Sourds à se sentir intégrer dans une communauté et à établir leur propre identité.

Un supplément au programme d’études devrait être conçu et intégré aux programmes provinciaux actuels. Par exemple, une section sur la culture Sourde, la linguistique de l’ASL et l’histoire Sourde pourrait être introduite dans une unité sur le multiculturalisme dans le programme d’études sociales. Des professionnels Sourds régionaux et locaux et des bénévoles Sourds devraient être invités à venir faire des présentations en classe en tant qu’éléments de ce programme.

Les organisations Sourdes locales et nationales (y compris l’ASC-CAD elle même) doivent faire de plus grands efforts pour atteindre les jeunes Sourds intégrés dans le système scolaire ordinaire pour leur présenter leur langue naturelle propre et leur culture propre. Elles doivent indiquer clairement que toute participation par la jeunesse Sourde est la bienvenue, car les jeunes sont nécessaires pour se développer et devenir les leaders Sourds du futur.

Des groupes de soutien sont nécessaires pour les jeunes qui sont placés dans les écoles ordinaires et qui ont besoin d’aide pour s’établir dans la communauté Sourde. De nombreux jeunes sourds oralistes ont besoin d’aide et d’encouragement pour surmonter les difficultés de l’apprentissage de la langue des signes à ce moment relativement tard dans leur vie.

Des efforts particuliers doivent être faits par tous les agents — écoles ordinaires, écoles pour les Sourds et organisations des Sourds — pour s’occuper des difficultés sociales et psychologiques auxquelles les jeunes Sourds font face. Les jeunes Sourds sont formés à la passivité et à l’autodénigration du fait que des personnes non-Sourdes (famille, école, milieu médical, etc.) contrôlent leur destin et prennent des décisions concernant leur vie. Cela doit être combattu en fournissant aux jeunes Sourds une formation en et l’occasion de développer l’estime de soi, des compétences politiques, le leadership, des habiletés de vie, l’assurance, et les habiletés de communication.

L’ASC-CAD soutien fortement l’organisation nationale Jeunesse Sourde du Canada. Il s’agit d’un lieu où notre jeunesse Sourde peut acquérir ces compétences, ces expériences et cette identité. Nos règlements administratifs comprennent un siège automatique au conseil d’administration pour le président de JSC. Cette organisation est un membre ordinaire de la section jeunesse de la fédération mondiale des Sourds, de même que l’ASC-CAD est, elle-même, un membre ordinaire de la FMS.

Les jeunes Sourds ont besoin de la sécurité que procure une forte identité, la compétence dans leur langue naturelle et un sentiment d’appartenance culturelle afin de fonctionner avec succès tant dans le monde des Sourds que dans le monde non-Sourd.

Lecture recommandée : « Critical Needs of Students Who are Deaf or Hard of Hearing: A Public Input Summary », par Christne Szymanski, Lori Lutz, Cheryl Shahan, and Nicholas Gala. Laurent Clerc National Deaf Education Center, 2013, www.gallaudet.edu/documents/Clerc/PublicInputSummary.pdf

APPROUVÉ : 3 JUILLET 2015

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS, CONTACTEZ :
L’Association des Sourds du Canada – Canadian Association of the Deaf
605 – 251 rue Bank
Ottawa (Ontario) K2P 1X3
(613) 565-2882
www.cad.ca