La langue

La question :
Des douzaines de « langues » manuelles gestuelles et de systèmes de signes sont utilisées au Canada.

Notre position :
Les langues des signes des Sourds sont les seules véritables langues des signes et doivent obtenir le même statut et le même respect que n’importe quelle autre langue légitime.

Le langage naturel des personnes sourdes est la langue des signes. Au Canada, il existe deux langues des signes légitimes : la langue des signes américaine (ASL) et la langue des signes québécoise (LSQ) ; il existe également un dialecte régional, la langue des signes des Maritimes (MSL). Le terme « langue des signes » se réfère seulement à ces dernières et aux véritables langues Sourdes d’autres pays (langue des signes britannique, langue des signes française, etc.)

Ces langues des signes ont été reconnues internationalement comme langues légitimes avec leur propre grammaire, syntaxe et vocabulaire. Aux États Unis, l’ASL est la troisième langue la plus couramment utilisée après l’anglais et l’espagnol. Un certain nombre de provinces canadiennes ont formellement reconnu les signes comme langue des personnes Sourdes et/ou comme langue de l’instruction dans les écoles pour les Sourds. La Convention des Nations-Unies relative aux droits des personnes handicapées reconnait formellement les langues des signes et confirme les droits de ces langues, leur protection et leur statut égal aux langues écrites/parlées au sein des pays signataires, dont le Canada.

Plusieurs variantes de systèmes de signes (pseudo « langues » des signes) ont été conçues par des personnes non-Sourdes, telles que, entre autres, Signed Exact English (anglais signé exactement), l’anglais signé, la parole avec des indices visuels, l’anglais codé manuellement. Elles déforment la véritable langue des signes afin de la faire se conformer à la grammaire et à la syntaxe d’une langue verbale (l’anglais ou le français). Ce sont des systèmes plutôt que des langues, parce qu’elles ont été artificiellement inventées au lieu de se développer naturellement. Des études ont démontré que ces systèmes ne s’apprennent pas naturellement, et ce même après de nombreuses années d’enseignement, tandis que l’acquisition de ASL/LSQ se fait aussi rapidement et avec autant de précision que l’acquisition d’une langue orale. L’Association des Sourds du Canada – Canadian Association of the Deaf considère de tels systèmes de signes comme une forme d’oppression culturelle.

La communication totale est une autre « invention » qui a été largement utilisée dans les écoles pour les Sourds. Ce n’est pas une langue ; c’est une philosophie ou une théorie de l’apprentissage. Elle préconise l’utilisation de toutes les méthodes pour l’enseignement aux enfants qui sont sourds : la langue des signes, les systèmes de signes, la parole, la lecture labiale, les prothèses auditives, etc. Le principe derrière la communication totale est d’utiliser celle des méthodes qui répond le mieux aux besoins et aux capacités de l’enfant sourd. Cependant, dans la pratique la méthode réellement utilisée tend à être choisie pour satisfaire les besoins personnels des enseignants, qui sont guidés leurs propres préférences et qualifications. Puisque la plupart des enseignants sont non -Sourds, ils tendent naturellement à préférer des méthodes basées sur la langue orale plutôt que les signes. Par conséquent, l’ASC-CAD considère la communication totale comme simplement une autre méthode orale, et ne l’appuie pas.

L’Association des Sourds du Canada – Canadian Association of the Deaf promeut le concept d’employer toute méthode répondant le mieux aux besoins et aux capacités de l’enfant sourd. Nous croyons que la meilleure méthode pour les enfants sourds prélinguaux et devenus sourds en bas âge est langue des signes, leur langage naturelle et celle qu’ils apprennent le plus facilement, confortablement et naturellement. Nous insistons sur le fait que des enseignants Sourds qualifiés doivent être embauchés pour enseigner la langue des signes, tout comme des Francophones qualifiés sont embauchés pour enseigner la langue française dans les écoles ordinaires.

Les langues des signes des personnes Sourdes sont des langues véritables et doivent recevoir le même statut et le même respect que n’importe quelle autre langue.

Lecture recommandée : « Are signed languages “real” languages? Evidence from American Sign Language and Langue des Signes Québécoise », par Laura Ann Petitto. Gallaudet University, 1994, http://www.gallaudet.edu/petitto.html.

APPROUVÉ : 3 JUILLET 2015

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS, CONTACTEZ :
L’Association des Sourds du Canada – Canadian Association of the Deaf
605 – 251 rue Bank
Ottawa (Ontario) K2P 1X3
(613) 565-2882
www.cad.ca