L’alphabétisation

La question :
Pourquoi y a t il un taux si élevé d’analphabétisme fonctionnel dans la communauté sourde, et que peut-on faire pour y remédier ?

Notre position :
Le taux élevé d’analphabétisme fonctionnel n’est pas le résultat de la surdité elle-même. Le fait de s’éloigner du modèle déficitaire en intervention et éducation précoces et de se rapprocher du modèle de la différence aiderait à améliorer les résultats des personnes Sourdes en alphabétisation et en éducation.

L’Association des Sourds du Canada – Canadian Association of the Deaf croit qu’un niveau d’instruction équivalent à celui de la population en général est possible et réalisable pour les individus Sourds d’aujourd’hui.

Nous rejetons l’idée que la surdité soit la cause majeure des problèmes d’alphabétisation des enfants Sourds. Nous attribuons les problèmes éducatifs et d’alphabétisation des Sourds canadiens à l’environnement de communication déficient les entourant ; à l’orientation vers le modèle déficitaire d’intervention précoce, d’éducation et de programmes de formation d’enseignants ; et à la pénurie de professionnels et d’éducateurs Sourds qualifiés dans tous les programmes du genre.

L’ASC-CAD appuie le principe voulant que l’alphabétisation soit le point d’accès crucial des Sourds canadiens à tous les aspects du monde entendant, et qu’elle doive avoir la priorité sur les habiletés orales en anglais et/ou en français dans tous les programmes ci dessus. Ayant la capacité de communiquer avec le monde entendant au moyen de la lecture et l’écriture est important pour la réussite académique, professionnelle et sociale future d’un individu Sourd.

Des études ont démontré qu’une éducation bimodale/biculturelle pour les individus Sourds a l’effet de promouvoir le développement linguistique ainsi que l’alphabétisation. Avec plus de soutien en matière de l’acquisition et le développent en langue des Signes, les individus Sourds auront les composants linguistiques de base permettant l’acquisition d’une deuxième langue, comme l’anglais ou le français.

Nous appuyons également le principe du modèle de la différence, selon lequel toutes les facultés et forces intactes de l’individu Sourd sont pleinement utilisées dans son développement, par opposition à l’essai d’utilisation de facultés défectueuses ou inadéquates. Si un individu Sourd a un accès au stimulus auditif au moyen d’un implant cochléaire ou une prothèse auditive ou pas, un soutien en langue des signes pour acquérir l’alphabétisation devrait être prioritaire. Les recherches démontrent que le fait d’établir la langue des Signes comme langue maternelle sert à promouvoir le développement linguistique dans le cerveau, ce qui, ensuite, facilite l’acquisition des compétences en matière de lecture et d’écriture, tandis que la privation de la langue des signes crée à la place une privation linguistique globale qui rend l’alphabétisation très difficile.

Afin d’améliorer le statut éducatif et d’alphabétisation des individus Sourds, l’ASC-CAD fait les remarques suivantes :

  1. L’individu Sourd devrait avoir un accès libre et sans restriction à une langue et à une communication visibles et naturelles afin de promouvoir le développement de la langue maternelle et, par la suite, l’alphabétisation.
  2. On devrait s’éloigner du modèle déficitaire et se rapprocher du modèle de la différence dans les tous les programmes d’intervention précoce, d’éducation et de formation des enseignants au service des étudiants Sourds.
  3. De tels programmes devraient s’engager à former et/ou à embaucher des professionnels et des éducateurs Sourds qualifiés en nombre suffisant.
  4. De tels programmes devraient placer une plus grande insistance sur l’emploi de l’imprimé comme modalité-clé d’instruction et de communication.

Lecture recommandée : « Language acquisition for deaf children: reducing the harms of zero tolerance to the use of alternative approaches », par Tom Humphries, Poorna Kushalnagar, Gaurav Mathur, Donna Jo Napoli, Carol Padden, Christian Rathmann, and Scott R. Smith. Harm Reduction Journal, 2012, 9:16, http://www.harmreductionjournal.com/content/9/1/16.
Lecture recommandée : « The Implications of Bimodal Bilingual Approach for Children with Cochlear Implants », par Julie Mitchiner, Debra Berlin Nussbaum, and Susanne Scott. Visual Language & Visual Learning, 2012.
Lecture recommandée : Deaf Illiteracy: A Genuine Educational Puzzle or an Instrument of Oppression? A Critical Review, par Roger Carver, Canadian Association of the Deaf, 1989.

APPROUVÉ : 3 JUILLET 2015

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS, CONTACTEZ :
L’Association des Sourds du Canada – Canadian Association of the Deaf
605 – 251 rue Bank
Ottawa (Ontario) K2P 1X3
(613) 565-2882
www.cad.ca