Les preoccupations internationales

La question:
À travers le monde, des personnes Sourdes souffrent d’oppression et de violations de leurs droits de l’homme.

Notre position :
Toutes les personnes sourdes doivent recevoir les mêmes droits de la personne et la même dignité qui sont accordés aux personnes non-Sourds.

L’Association des Sourds du Canada – Canadian Association of the Deaf est le représentant canadien à la Fédération mondiale des Sourds (FMS). Par notre adhésion au Conseil des Canadiens handicapés, nous appuyons également Disabled Persons International. Ces deux groupes sont reconnus par les Nations-Unies. Tout en appuyant DPI, l’ASC-CAD est fortement d’accord avec la FMS que seule la FMS elle même peut être la représentante internationale appropriée de la culture, de la langue et des valeurs uniques des personnes Sourdes. C’est parce que nous croyons que les Sourds ne sont pas un groupe de personnes handicapées, mais un groupe culturel. Le fait qu’une société non-Sourde nous impose des handicaps à la communication ne signifie pas que notre surdité soit un handicap.
Toutefois, selon la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, la surdité est un handicap. La Convention affirme que toutes les personnes handicapées, y compris les Sourds, ont les mêmes droits, égalités et libertés que les personnes qui n’ont pas de handicap. La Convention impose aux « États partis » (c’est-à-dire gouvernements nationaux) l’obligation de non seulement faire respecter ces droits, égalités et libertés, mais de les mettre en œuvre, de les promouvoir et de les défendre. L’ASC-CAD, de concert avec d’autres associations nationales de personnes handicapées, surveille l’implémentation de ces CDPC par le gouvernement fédéral et prépare des « rapports parallèles » pour répondre aux rapports canadiens à la Nations Unies.
L’ASC-CAD condamne ces pays qui continuent à refuser aux personnes Sourdes la citoyenneté, le droit de propriété, l’éducation, l’emploi et les droits civils. Nous nous opposons à ces pays qui mettent la surdité sur le même pied que la maladie mentale ou le mal spirituel, ayant comme résultat des milliers de personnes Sourdes injustement emprisonnées, assassinées, abandonnées, institutionnalisées dans des hôpitaux psychiatriques, stérilisées de force et abusées d’autres manières.
Toutes les personnes Sourdes ont droit à leur langue naturelle et à leur culture, qui sont la langue des signes et la culture Sourde. On doit lutter contre les efforts de l’État pour supprimer la langue des signes et refuser la culture Sourde ; ils sont dans la contradiction directe à la Convention.
L’Association des Sourds du Canada – Canadian Association of the Deaf est un membre du comité consultatif nord-américain de l’association mondiale des interprètes de la langue des signes (World Association of Sign Language Interpreters [WASLI]). En ce rôle, nous partageons les enjeux, des solutions et des ressources avec les États-Unis et le Mexique en ce qui concerne l’interprétation et les droits de langue de signes. De la même manière, nous soutenons la création d’un secrétariat régional de l’Amérique du Nord de la FMS permettant le Canada, les États-Unis et le Mexique de se soutenir et se concerter comme un ensemble uni.
Nous encourageons les personnes Sourdes à former leurs propres associations dans leur pays. Nous les appuyons dans leurs efforts d’obtenir l’éducation, l’emploi et l’accès au pouvoir, et pour acquérir des dispositifs qui les aideront.
Bien que la ASC-CAD ne puisse pas elle-même fournir des parrainages ou de l’aide financière aux immigrants Sourds potentiels au Canada, nous appuyons leurs demandes d’immigration et nous protestons contre n’importe quelle tentative des Douanes et de l’Immigration du Canada de les rejeter en raison de leur surdité seulement.

APPROUVÉ : 3 JUILLET 2015

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS, CONTACTEZ :
L’Association des Sourds du Canada – Canadian Association of the Deaf
605 – 251 rue Bank
Ottawa (Ontario) K2P 1X3
(613) 565-2882

www.cad.ca