L’ASC fotre la fermeture de l’école des Sourds de Terre-Neuve

Nouvelles & Évènements



L’ASC fotre la fermeture de l’école des Sourds de Terre-Neuve

jeudi 16 septembre 2010

Lundi 30 août 2010

Ministère de l’Éducation
L’honorable Darin King, ministre de l’Éducation
Édifice de la Confédération
3e étage, Bloc de l’Ouest
Case postale 8700
St. John’s (Terre-Neuve) A1B 4J6

Objet : Fermeture de l’École des Sourds de Terre-Neuve

Nous, à l’Association des Sourds du Canada, écrivons une lettre ouverte au ministère de l’Éducation de Terre-Neuve et Labrador pour exprimer notre forte opposition à la fermeture de l’École des Sourds de Terre-Neuve.

Fondée en 1940, l’Association des Sourds du Canada est un organisme national qui distribue des informations, fait de la recherche et organise des activités communautaires pour les Sourds du Canada. Nous protégeons les droits, les besoins et les préoccupations des personnes qui sont linguistiquement et culturellement Sourdes et nous en faisons la promotion.

Le 19 juillet, à Vancouver, au Congrès international des éducateurs pour Sourds (CIES) on a signé un accord répudiant les résolutions vieilles de 130 années qui ont été incroyablement dommageables aux personnes Sourdes à travers le monde. En effet, en 1880 à Milan en Italie, le CIES avait adopté une résolution dont l’effet a été de bannir la langue des signes de toutes les écoles pour les Sourds et d’empêcher les personnes Sourdes d’être des enseignants. Il en a résulté plus d’un siècle d’analphabétisme et de chômage dans les collectivités Sourdes à travers le monde.

La motion de 1880 a été officiellement reniée en juillet quand l’accord dit de « l’Ère nouvelle » a été signé par Claire Anderson, présidente du CIES, Markku Jokinen, président de la Fédération mondiale des Sourds, Doug Momotiuk, président de l’Association des Sourds du Canada et Wayne Sinclair, dirigeant de la collectivité des Sourds de C.-B.

Vous avez cherché à justifier la fermeture de l’école en disant que les 199 élèves Sourds de la province sont inscrits dans des écoles régulières. Comment y aura-t-il suffisamment de services de soutien pour satisfaire les besoins de 199 élèves Sourds alors qu’il n’y a que 9 interprètes de langue des signes dans toute la province?

En outre, votre ministère a dévoilé des statistiques, il y a moins de quatre ans, qui démontrent qu’il y a plus de 400 élèves Sourds dans la province. Est-ce que plus de la moitié de ces étudiants ont terminé leurs études? Ou bien, les avez-vous reclassés pour diminuer les nombres sur papier? En fait, y a-t-il 400 étudiants qui ont besoin des services de seulement 9 interprètes?

La décision de fermer l’École des Sourds de Terre-Neuve va à l’encontre du document intitulé Ère nouvelle dans lequel les éducateurs des Sourds en exercice affirment le besoin d’écoles pour les Sourds et de la langue des signes. Elle viole aussi la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées. Non seulement celle-ci a été ratifiée par le Parlement du Canada, mais également par votre Assemblée législative. Le premier ministre Stephen Harper avait insisté pour que chaque province ratifie la Convention avant qu’il ne permette au Canada de le faire. Vous avez donc été à l’encontre de votre propre législation en vigueur.

La Convention des Nations unies stipule explicitement que les États Partie « reconnaissent et favorisent l’utilisation des langues des signes » (article 21, alinéa e); « facilitent l’apprentissage de la langue des signes et la promotion de l’identité linguistique des personnes sourdes (article 24, alinéa 3b); et « veillent à ce que les personnes aveugles, sourdes ou sourdes et aveugles – en particulier les enfants – reçoivent un enseignement dispensé dans la langue et par le biais des modes et moyens de communication qui conviennent le mieux à chacun, et ce, dans des environnements qui optimisent le progrès scolaire et la sociabilisation » (article 24, alinéa 3c). Ce dernier article signifie des écoles pour les Sourds.

Le ministère de l’Éducation est donc obligé tant moralement qu’en droit à respecter la Convention des Nations Unies. Il doit également reconnaître et respecter le document du CIES intitulé Ère nouvelle ainsi que la résolution du 15e Congrès de la Fédération mondiale des Sourds adoptée à Madrid en 2007 et signé par les délégués officiels canadiens. Voici l’énoncé de la résolution de la FMS :

Réaffirmant que les personnes Sourdes ont droit aux mêmes droits de la personne que tous les groupes sociaux et que la diversité est un facteur intrinsèque dans la communauté Sourde;

Reconnaissant l’importance des enfants et des jeunes, des Sourds et aveugles, des Sourds avec un handicap, des immigrants, des peuples autochtones, des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres, des gens dans les zones rurales, des minorités religieuses, des personnes âgées et de toutes les personnes sourdes en tant que citoyens de la société avec les mêmes droits et obligations que tout autre citoyen;

Soulignant que, en adoptant des mesures positives, l’égalité entre tous sera accélérée;

Soulignant que la langue des signes est un droit humain pour tous les membres de la communauté des Sourds, y compris ceux qui utilisent des appareils auditifs et des implants cochléaires;

Réaffirmant que la multi-langue d’enseignement en langue des signes donne aux Sourds et aux malentendantes les meilleures chances de parvenir à la pleine citoyenneté et la jouissance de tous les droits de la personne;

La Fédération mondiale des Sourds (FMS), ses membres et les participants au 15e Congrès de la Fédération mondiale des Sourds se sont mis d’accord pour promouvoir et appliquer la Résolution qui en est sortie en demandant à tous les gouvernements et autorités de la respecter par le biais de la LANGUE DES SIGNES DANS LE CADRE DES DROITS DE LA PERSONNE.

Nous vous demandons de revoir votre décision de fermer l’École des Sourds de Terre-Neuve et, conformément à la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées, à l’accord Ère nouvelle et à la résolution du 15e congrès de la FMS, de reconnaitre l’importance de la langue des signes et de l’éducation pour les Sourds comme moyens de communication, d’égalité et de participation des personnes Sourdes à tous les aspects de la société.

Nous espérons que vous répondrez affirmativement à cette question si importante pour les collectivités Sourdes à travers le Canada.

Veuillez croire à l’expression de nos sentiments les plus sincères.

Doug Momotiuk Frank Folino
Président Vice-président
c. c. Ban Ki-moon, secrétaire général, Nations Unies
Markku Jokinen, président, Fédération mondiale des Sourds
Le très honorable Stephen Harper, premier ministre du Canada
L’honorable Lawrence Cannon, ministre des Affaires étrangères
L’honorable Josée Verner, ministre des Affaires intergouvernementales
L’honorable Michael Ignatieff, Chef de l’opposition et porte-parole sur les Affaires intergouvernementales
L’honorable Bob Rae, porte-parole de l’opposition sur les Affaires étrangères
L’honorable Jack Layton, Chef du Nouveau parti démocratique et porte-parole sur les Affaires intergouvernementalIes
Paul Dewar, porte-parole du Nouveau parti démocratique sur les Affaires étrangères
L’honorable Danny William, premier ministre de Terre-Neuve et Labrador
Yvonne Jones, chef de l’opposition, Terre-Neuve et Labrador
Lorraine Michael, Chef du Nouveau parti démocratique, Terre-Neuve et Labrador
Jim Roots, directeur exécutif, Association des Sourds du Canada
Jodie Burke, président, Newfoundland and Labrador Association of the Deaf
Chris Kenopic, président and CEO, Société canadienne de l’ouïe
Christie Reaume, président, The Association of Visual Sign Language of Canada
L’honorable Diane Gifford, Conseil des ministres de l’Éducation du Canada
Andrew Parkin, directeur général, Conseil des ministres de l’Éducation du Canada