Lettre á Ministre de l’Éducation de l’Ontario

Nouvelles & Évènements
avril 13, 2016

news-blog-change

 

 

 

 

Mercredi, le 13 avril 2016

L’honorable Elizabeth Sandals
Ministre de l’Éducation
22e étage
Édifice Mowat
900, rue Bay
Toronto, ON M7A 1C2

PAR COURRIEL

Madame la Ministre,

Au nom de l’Association des Sourds du Canada-Canadian Association of the Deaf (ASC-CAD), je me permets de vous écrire pour vous faire part des préoccupations de certains Ontariens sourds au sujet des consultations actuelles par le ministère de l’Education de l’Ontario sur l’éventuelle fermeture d’écoles pour les Sourds en Ontario.

Fondée en 1940, l’Association des Sourds du Canada – Canadian Association of the Deaf (ASC- CAD) est l’information, la recherche, et l’organisation nationale de l’action communautaire des personnes sourdes au Canada. Nous promouvons et protégeons les droits, les besoins et les préoccupations de ceux qui sont linguistiquement et culturellement sourds qui utilisent l’American Sign Language (ASL) et langue des signes québécoise (LSQ).

La décision du gouvernement de l’Ontario de mener le processus de consultation est clairement en violation de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CRDPH) et que le Canada a ratifié le traité en mars 2010. Le gouvernement de l’Ontario est donc légalement et moralement tenu de respecter la Convention des NU. Cette position est conforme à la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, qui soutient « la reconnaissance et la promotion de l’utilisation des langues des signes » (Article 21, section e); « faciliter l’apprentissage de la langue des signes et la promotion de l’identité linguistique de la communauté sourde » (Article 24, section 3b), et « veiller à ce que les personnes aveugles, sourdes ou sourdes et aveugles – en particulier les enfants qui sont aveugles, sourds ou sourds –aveugles reçoivent un enseignement dispensé dans la langue et par le biais des modes et de moyens de communication qui conviennent le mieux à chacun, et ce, dans des environnements qui optimisent le progrès scolaire et la socialisation » (Article 24, section 3c). Le dernier article concerne les écoles pour les Sourds.

Nous souhaitons que ce soit clair que la multitude des avantages de l’accès à l’acquisition du langage par la langue des signes (ASL et LSQ) fait partie du développement du langage des enfants parce que nous croyons que tous les enfants méritent de grandir dans un environnement inclusif où l’ASL et la LSQ sont les droits de chaque enfant sourd au Canada. La recherche prouve également que les écoles pour les Sourds sont les meilleurs endroits pour enseigner la langue des signes. Les étudiants sourds qui ont un solide niveau précoce d’ASL / LSQ atteignent également des niveaux élevés d’alphabétisation en anglais / français.

Pour la plupart des enfants et des étudiants sourds, cela signifie que les environnements de la langue des signes et les programmes des quatre écoles de Belleville, London, Milton, et Ottawa (Français / École des Sourds LSQ) sont leur meilleure chance d’atteindre l’excellence académique et sociale. Toutes les recherches objectives prouvent de façon concluante les avantages de l’enseignement dans la langue des signes; si cela n’était pas vrai, pourquoi les parents par milliers inscrivent même leurs enfants entendants dans des classes « Baby Sign »?

Nous, dans la communauté sourde voyons constamment les résultats à long terme de la campagne contre la langue des signes et les écoles pour les Sourds : des adultes qui sont peu éduqués et incapables de se qualifier pour les établissements d’enseignement postsecondaire, qui sont au chômage, qui souffrent de problèmes de santé mentale et de toxicomanie directement liés à leur manque de compétences linguistiques réelles, et qui embrassent la force libératrice de la langue des signes qui leur était refusée à un âge où cela leur aurait été bénéfique pour les reste de leur vie. Les coûts à long terme de l’élimination du budget à court terme des méthodes appropriées d’éducation et des environnements pour les Sourds sont astronomiques. Êtes-vous prête à économiser quelques dollars sur l’éducation, seulement pour dépenser des millions de plus sur la pauvreté, le chômage et les dépenses sociales et de santé à la suite de ces compressions budgétaires?

La gamme complète des programmes offerts dans les écoles pour les Sourds doit être entièrement financée pour permettre aux enfants sourds d’obtenir l’éducation et les compétences linguistiques qui leur fourniront les possibilités d’atteindre la pleine citoyenneté et l’éducation (accès et achèvement d’une formation de niveau supérieur) et l’emploi (accès à la participation de la population active). Nous sommes conscients que les organisations des Sourds de l’Ontario, y compris l’Ontario Association of the Deaf (de OAD), Association ontarienne des Sourd (e) s francophones (AOSF) ont par le passé fourni de longues listes de recommandations pour améliorer l’efficacité et les niveaux des résultats scolaires des écoles pour les Sourds. Ne devriez-vous pas essayer d’améliorer l’éducation des Sourds par ces moyens au lieu de baisser les bras et d’abandonner les enfants sourds en fermant leurs écoles ?

Le CRDPH fait une référence spécifique sur les droits en langue des signes à l’égard de « l’importance de la reconnaissance de l’identité culturelle et linguistique des personnes sourdes » (Article 30) et « à la reconnaissance et à la promotion de l’utilisation de la langue des signes » (Article 21) et il y a plus de 60 pays dans le monde qui ont reconnu les langues des signes nationales. L’Association des Sourds du Canada-Canadian Association of the Deaf travaille présentement à l’obtention de la reconnaissance de l’American Sign Language (ASL) et de la langue des signes québécoise (LSQ) comme langues officielles du Canada par le biais du Parlement du Canada.

Nous exhortons le gouvernement de l’Ontario à garder les écoles des Sourds en Ontario, et d’approuver la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées. L’Association des Sourds du Canada – Canadian Association of the Deaf est prête à rencontrer la ministre de l’Éducation de l’Ontario pour discuter de ces questions fondamentales.

Je vous serais très reconnaissant de me contacter à l’adresse suivante ffolino@cad.ca pour que nous puissions organiser un rendez-vous avant que vous ne preniez une décision finale sur l’avenir de l’éducation des Sourds en Ontario.

Je vous remercie de l’attention que vous accorderez à cette lettre.

Mes sincères salutations,

[Original signé par F. Folino]

Frank Folino
président

Liste de distribution:

  • Conseil d’administration et personnel, Association des Sourds du Canada-Canadian Association of the Deaf
  • Affiliés provinciaux et organisations Association des Sourds du Canada-Canadian Association of the Deaf
  • Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations Unies
  • Le très honorable Justin Trudeau, premier ministre du Canada
  • L’honorable Stéphane Dion, ministre des Affaires étrangères, Canada
  • L’honorable Carla Qualtrough, ministre des Sports et des Personnes handicapées
  • L’honorable Jean-Yves Duclos, ministre des Familles, des enfants et du développement social
  • L’honorable Rona Ambrose, chef intérimaire du Parti conservateur du Canada et chef de l’opposition
  • L’honorable Thomas J. Mulcair, chef du Nouveau Parti démocratique
  • Elizabeth May, chef du Parti vert du Canada
  • Patrick Brown, chef de l’opposition du Parti progressiste conservateur et porte-parole de l’opposition (Éducation) de l’Ontario
  • Andrea Horwath, chef du Nouveau Parti démocratique de l’Ontario
  • Lisa Gretzky, Porte-parole de l’opposition (Éducation) du Nouveau Parti démocratique de l’Ontario
  • L’honorable Kathleen Wynne, premier ministre de l’Ontario
  • L’honorable Deb Matthews, vice-premier ministre de l’Ontario
  • Dr Shafiq Qaadri, adjoint parlementaire au premier ministre
  • George Zegarac, sous-ministre de l’éducation
  • Grant Crack, adjoint parlementaire au ministre de l’éducation
  • Dr June Rogers, directrice de l’Éducation, ministère de l’Éducation
  • André Marin, Ombudsman de l’Ontario
  • Juan Jaramillo, défenseurs des enfants et des jeunes, Bureau de l’intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes de l’Ontario
  • Chantal C. Beaulieu, directrice générale, Conseil des ministres de l’éducation au Canada
  • Colin Allen, président, Fédération mondiale des Sourds
  • Debra Russell, président, Association des interprètes de langage du mondiale
  • Rylyn Lennox, présidente, Jeunesse sourde Canada
  • Jocelyn Mark, présidente, Association des interprètes de langage visuel du Canada
  • Michael McGuire, président, Association ontarienne des Sourd(e)s francophones
  • Geneviève Deguire, responsable pour l’éducation en LSQ, Association ontarienne des Sourd(e)s francophones
  • George Postlethwait, président, Association des Sourds de l’Ontario
  • Donald Prong, directeur exécutif, Association des Sourds de l’Ontario
  • Rose Etheridge, présidente, Parents défenseurs des écoles pour Sourds en Ontario (Parent Advocates for Deaf Schools in Ontario)