Rapport de l’ASC – Hiver 2011-2012 par Doug Momotiuk, président

Nouvelles & Évènements


Rapport de l’ASC – Hiver 2011-2012 par Doug Momotiuk, président

lundi 26 mars 2012

Les services de relais vidéo au Canada
Dans son communiqué du 1er février 2012, le conseil d’administration de l’Association des sourds du Canada (ASC) annonçait les prochaines étapes de son combat en vue de services de relais vidéo au (SRV) au Canada, y compris l’ASL, le LSQ et les langues parlées (l’anglais et le français). L’ASC a également mené une pétition en ligne demandant au gouvernement fédéral et aux députés d’appuyer l’implantation de services de relais vidéo nationaux permanents d’ici l’automne 2012.

Les 9 et 10 février derniers, Frank Folino, vice-président de l’ASC, a rencontré plusieurs députés à Ottawa, soit Scott Simms, porte-parole libéral pour Patrimoine canadien, Marc Garneau, leader à la Chambre pour le parti libéral, Rodger Cuzner, représentant du leader intérimaire à la Chambre pour le parti libéral, Geoff Regan, porte-libéral libéral pour l’industrie et la consommation, et Paul Calandera, secrétaire parlementaire du ministre de Patrimoine canadien. Au cours de la rencontre, M. Folino a exposé les grandes lignes des SRV au Canada. Quant à la conférence de presse que devait tenir Peter Julian, du NPD, elle a été annulée en raison d’un conflit avec d’autres réunions fédérales et de questions d’accessibilité. Merci Frank !

MM. Frank Folino et Jim Roots ont assisté, le 16 février 2012, à la dernière réunion du Conseil consultatif sur l’étude de faisabilité sur les SRV de Bell Canada. Des représentants de la Société canadienne de l’ouïe, de l’Ontario Association of the Deaf et du Centre québécois de la déficience auditive étaient présents. Le Conseil a examiné le rapport final avant que Bell ne le présente au CRTC, à la fin de février.

L’ASC se bat depuis 2004 pour un SRV national et ne s’arrêtera qu’une fois le service établi sur une base permanente.

Réunion du conseil d’administration de l’ASC
Le conseil a tenu, le 10 février 2012, une téléconférence vidéo (sur Skype). Sheila Montney, Aaron Montney et moi y avons assisté, à Winnipeg, tandis que Frank Folino, Marie-Josée Blier et Jim Roots étaient à Ottawa. Pour le conseil d’administration de l’ASC, c’était une première.

Il y a été question des SRV, du Congrès canadien des sourds 2012, du poste de directeur, qui est vacant, du courriel vidéo, du départ à la retraite d’un membre du conseil et du Deuxième congrès international de la World Federation of the Deaf, en octobre 2013. Le conseil prévoit un événement à l’occasion de son 75e anniversaire, en 2015.

Recommandations du rapport Drummond
L’ASC a envoyé au premier ministre de l’Ontario, M. Dalton McGuinty, et au ministre des Finances, M. Dwight Duncan, une lettre les priant instamment de rejeter la recommandation du rapport Drummond quant à la fermeture de trois des quatre écoles pour les sourds de l’Ontario. Grâce à leur cadre et à leur programme d’enseignement, ces quatre écoles (Belleville, London, Milton et Ottawa) permettent à la plupart des enfants et des élèves d’exceller, en classe et dans la société. Les élèves sourds qui ont de très bons résultats au cours de l’apprentissage précoce de l’ASL ou du LSQ, en ont aussi de très bons en littéracie, en anglais et en français.

La communauté des sourds est à même de constater les résultats à long terme de la campagne qui est menée contre le langage gestuel et les écoles pour les sourds, à savoir des adultes peu scolarisés, privés de l’accès aux études supérieures, sans emploi et souffrant de maladie mentale et de problèmes d’alcoolisme et de toxicomanie liés au manque de compétences linguistiques. En fermant ces écoles le gouvernement économiserait un peu d’argent tout de suite en matière d’éducation, certes, mais devrait tôt ou tard dépenser des millions pour lutter contre la pauvreté et le chômage et offrir des services sociaux.

Nous avons été fort heureux d’apprendre, le 27 mars 2012, que le gouvernement de l’Ontario s’est rangé à notre avis de rejeter cette recommandation du rapport Drummond.

Communiqué du CCD sur la hausse de l’âge d’admissibilité aux prestations de sécurité de la vieillesse
Le comité de politique sociale du Conseil des Canadiens avec déficience (CCD) s’inquiète du fait que beaucoup de personnes sourdes ou ayant une déficience vivront plus longtemps dans la pauvreté si l’admissibilité à la Sécurité de la vieillesse est portée à 67 ans, au lieu de 65.

Au Canada, de 45 à 60 % des prestataires de l’aide sociale (le bien-être) sont des personnes qui ont une déficience, dont la surdité.

Au Canada, les prestations de sécurité de la vieillesse, combinées au supplément de revenu garanti, sont plus avantageuses que tout autre programme d’aide sociale. De fait, nombreux sont les Canadiens qui ont hâte d’avoir 65 ans, car ils savent qu’ils auront un meilleur revenu.

Le ministre des Finances, M. Jim Flaherty, a annoncé que la nouvelle limite d’admissibilité à la Sécurité de vieillesse entrera en vigueur en avril 2023, passant graduellement de 65 à 67 ans. Ce changement ne vise que les personnes qui ont actuellement 54 ans et moins.


Doug Momotiuk
President, CAD