Travaux publics et Services gouvernementaux Canada : La Chambre des communes innove en matière de sous-titrage

Nouvelles & Évènements



Travaux publics et Services gouvernementaux Canada : La Chambre des communes innove en matière de sous-titrage

vendredi 22 février 2008

OTTAWA, ONTARIO—(Marketwire – 5 fév. 2008) – Saviez-vous que la Chambre des communes est l’une des premières institutions parlementaires au monde dont les délibérations, en plus d’être télédiffusées, sont maintenant sous-titrées en direct et simultanément en deux langues? En effet, depuis l’automne 2007, le Bureau de la traduction de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC), fort de son expertise comme fournisseur de solutions langagières, offre un service de sous-titrage en français par reconnaissance de la voix dans le cadre de la télédiffusion de la période des questions à la Chambre. Grâce à ce nouveau service, les Canadiens malentendants, sourds et devenus sourds peuvent davantage participer au processus politique par le biais d’un engagement civique renouvelé.

Depuis 1991, la diffusion quotidienne en direct de la période des questions sur la Chaîne d’affaires publiques par câble (CPAC), d’un bout à l’autre du pays, et sur le Réseau de télévision parlementaire (RTP) s’accompagnait seulement du sous-titrage en anglais (sténotypie assistée par ordinateur) et de l’interprétation gestuelle en français (en Langue des signes québécoise ou LSQ).

Pour les télédiffuseurs en général, le sous-titrage français en temps réel n’a jamais été chose facile, surtout en raison du nombre restreint de sténotypistes francophones dûment formés. Cela a incité les intervenants à encourager la recherche et le développement dans le domaine de la reconnaissance de la voix, une solution de rechange viable et moins onéreuse puisque seulement 30 heures de formation sont nécessaires pour maîtriser cette technologie. Cela représente un avantage énorme par rapport aux trois à six années de formation requises pour un sténotypiste.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes a annoncé qu’à compter de septembre 2008, les émissions diffusées entre 18 heures et minuit devront tre sous-titrées pour les personnes ayant une déficience auditive. Bien qu’elle ne soit pas assujettie à cette décision, la Chambre, de concert avec le Bureau de la traduction, a pris l’initiative de faciliter l’accès à l’information parlementaire pour le public sourd et malentendant en ajoutant aux services existants le sous-titrage français en direct par le truchement de la reconnaissance de la voix.

Cette technologie de pointe fonctionne d’ailleurs comme suit : un sous-titreur vocal (shadow speaker) qui agit comme intermédiaire répète au fur et à mesure ce que dit le député en français ou l’interprète, si ce dernier doit intervenir. Ensuite, grâce à un logiciel « calibré » pour reconnaître sa voix, les paroles du sous-titreur sont immédiatement converties en texte écrit dans la même langue.

En quelques secondes à peine, on voit alors défiler les propos des parlementaires sur l’écran de télévision. A l’heure actuelle, ce système offre un taux d’exactitude de 85 % à 90 % pour ce qui est de l’orthographe et de la grammaire. Comme il s’agit d’une technologie en pleine évolution, le Bureau de la traduction surveillera de près la qualité du sous-titrage en direct et veillera à son amélioration continue selon les besoins de la clientèle cible.

Comme il est impossible de produire des sous-titres en direct qui soient parfaits à 100 % – la rapidité du traitement ne permet pas de réviser le texte ou de corriger les éventuelles fautes d’orthographe – le hansard demeure le seul compte rendu officiel des interventions orales faites sur le parquet de la Chambre des communes. Le hansard est disponible sur le site internet du Parlement du Canada à l’adresse suivante : www.parl.gc.ca.

Le lancement de ce nouveau service de sous-titrage en français au Parlement du Canada résulte d’une fructueuse collaboration entre la Chambre des communes et le Bureau de la traduction, ainsi que du soutien actif de l’Association des malentendants canadiens (AMEC) et du Conseil national des employés handicapés fédéraux (CNEHF). Pour écouter la période des questions avec sous-titres en français, il faut d’abord syntoniser le canal de la CPAC (www.cpac.ca) puis sélectionner CC3 dans la fonction menu du téléviseur.

L’accès des personnes sourdes et malentendantes aux débats parlementaires est un service essentiel. C’est une question de démocratie. Au Canada, on estime que près de trois millions de personnes souffrent d’une forme quelconque de déficience auditive, d’où l’importance de trouver des solutions novatrices pour leur faciliter l’accès à l’information parlementaire. Toutefois, la télédiffusion sous-titrée ne concerne pas uniquement les personnes sourdes, devenues sourdes ou malentendantes, puisque d’autres gens peuvent également en bénéficier. Par exemple, le sous-titrage peut être un support très utile pour l’alphabétisation. De plus, l’exposition au sous-titrage favorise l’apprentissage d’une langue seconde. Enfin, pour tous les gens qui, dans la frénésie propre à notre époque, doivent se tenir informés dans des lieux bruyants, comme dans un aéroport ou en courant sur un tapis roulant dans une salle d’exercice bondée, le sous-titrage dans les deux langues officielles permet de ne rien rater des grands débats de l’heure.

Les articles de TPSGC sont aussi publiés sur notre site Internet, à l’adresse suivante : http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/medias-media/index-fra.html.
For more information, please contact
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Katia Dalpé-Charron
Bureau des relations avec les médias
819-956-2315
rcn.relationsmedias@tpsgc.gc.ca