Les Canadiens Sourds s’unissent pour réclamer des mesures pour renverser la rétrogression de l’éducation

Nouvelles & Évènements



Les Canadiens Sourds s’unissent pour réclamer des mesures pour renverser la rétrogression de l’éducation

mardi 8 mai 2007

À PUBLIER IMMÉDIATEMENT : 11 mai 2007

L’Association des Sourds du Canada
203 -251, rue Bank Ottawa (Ontario) K20 1X3

Voix : 613-565-2882 TTY : 613-565-8882 www.cad.ca
Ottawa (Ontario) — Des milliers de personnes Sourdes se sont rassemblées dans plusieurs villes du Canada pour exiger des mesures pour améliorer l’éducation des enfants Sourds.

« Il y a exactement 18 ans, nous sommes descendus dans les rues de toutes les grandes villes du pays, » dit Sheila Carlin, présidente de l’Association des Sourds du Canada (ASC). « Il y a eu des améliorations pendant quelques années, mais la dernière décennie a vu un recul qui a donné d’horribles résultats. »
« Nous constatons les répercussions de plusieurs années de réduction du financement, de compression, d’élimination de services de soutien, de décisions politiques biaisées et imprévoyantes, et de la marginalisation des éducateurs, administrateurs et conseillers Sourds. »

Les rassemblements d’aujourd’hui, qui doivent se tenir à Montréal, Ottawa, Toronto, l’Embassade de Canada a Washington EU, Saskatoon et plusieurs autres villes, ont été organisés par l’Association des Sourds de l’Ontario appuyée par l’ASC et la Société culturelle canadienne des Sourds.
D’après les organisateurs, 93 % des enfants sourds sont inscrits à des programmes oraux, mais 62 % d’entre eux abandonnent le programme avant d’arriver à l’école secondaire. Seulement 1,7 % de personnes Sourdes obtiennent un diplôme universitaire. Le nombre d’étudiants Sourds inscrits dans des institutions postsecondaires a chuté de 50 % en seulement deux ans.
« Les ministères provinciaux de l’éducation prétendent que leur programme d’éducation des Sourds nous permettra de réussir dans la société non sourde, » explique James Roots, directeur exécutif de l’ASC. « Mais comment réussir dans n’importe quelle société, si on n’a pas vraiment d’éducation ? »
L’ASC définit « Quatre clés pour une meilleure éducation des Sourds. » Les voici :

  1. Les langues des signes doivent être reconnues par la loi comme langue d’éducation des Canadiens Sourds.
  2. Il faut fournir suffisamment de financement pour les services de soutien aux étudiants Sourds, qu’ils soient dans des écoles régulières ou dans des institutions provinciales pour les Sourds.
  3. Il faut rehausser et appliquer des normes plus sévères pour les enseignants des Sourds, ainsi que pour les aides-enseignants, les interprètes, et le personnel des services de soutien dont celui des services de soins de santé mentale.
  4. Il faut éliminer les lacunes dans les phases de transition afin d’assurer des services et des programmes éducatifs réguliers et sans failles tout au long du développement d’un enfant Sourd.

Contacts :

Sheila Carlin, présidente James Roots, Directeur exécutif
TTY : (204-284-9373) TTY : (613-565-8882)
sheilaatdrc@mobility.blackberry.net jroots@mobile.rogers.com

Ces deux personnes sont Sourdes et il vaut mieux communiquer avec elles par courriel.
L’Association des Sourds du Canada (www.cad.ca) est l’organisation nationale de défense des consommateurs pour les 310 000 citoyens Sourds du Canada. L’ASC offre des consultations et de l’information sur les besoins des Sourds et leurs intérêts au public, aux entreprises, aux médias, aux gouvernements, aux éducateurs et à d’autres. Nous faisons des recherches et collectons des données sur les questions liées à la surdité ; nous produisons des rapports sur ces études et offrons une expertise les concernant ; et nous créons et exécutons des programmes expérimentaux. Nous offrons une aide aux organismes et agences de services pour les Sourds dans tout le pays, et nous possédons également une très grande bibliothèque et un centre de ressource sur la surdité dans nos bureaux à Ottawa, en Ontario.
La photo grace a Genevieve Deguire.