Rassemblements mondiaux pour soutenir la Journée internationale des droits des enfants Sourds à l’éducation

Nouvelles & Évènements



Rassemblements mondiaux pour soutenir la Journée internationale des droits des enfants Sourds à l’éducation

lundi 10 septembre 2007

À PUBLIER IMMÉDIATEMENT

Ottawa, Ontario – L’Association des Sourds du Canada (ASC) jouera un rôle de premier plan dans les rassemblements qui auront lieu à l’échelle mondiale le 28 septembre 2007, pour appuyer la langue des signes et le droit des enfants à l’éducation.

Nommée par la Fédération mondiale des Sourds (FMS) et travaillant en collaboration avec la National Association of the Deaf des États-Unis, l’ASC prendra la tête des rassemblements dans la plupart des principales villes du Canada ainsi qu’à Washington D.C. La FMS encourage également les démonstrations dans ses pays membres en Europe, en Afrique, en Asie et en Australie tout au long de la Semaine internationale de sensibilisation aux Sourds (23-29 septembre).

« Que ce soit au Canada, aux États-Unis ou dans d’autres pays, les gouvernements à tous les niveaux ont violé les droits des enfants Sourds à une éducation accessible et à la langue des signes » a déclaré Sheila Carlin, présidente de l’ASC. « À une époque où des bébés et des enfants non-Sourds sont inscrits par milliers dans des classes de langue des signes parce qu’il a été prouvé que les signes développaient leurs capacités langagières, il se trouve que ce même accès aux signes est, de façon inexplicable, refusé aux enfants Sourds, sous prétexte que les signes retardent leurs capacités langagières. »

« Tout cela n’a aucun sens, » a déclaré Sheila Carlin, qui souligne que les arguments avancés contre la langue des signes vont à l’encontre de tout ce que l’on sait sur l’acquisition du langage.

« Priver les enfants Sourds de la langue des signes, c’est les priver d’un accès essentiel à l’éducation, » a ajouté Chris Kenopic, parent Sourd d’un enfant Sourd, qui préside le comité des rassemblements nationaux de l’ASC. « C’est mettre en danger leur santé mentale et langagière et les maintenir dans l’incapacité de trouver un emploi. Nous sommes en train d’assister à un énorme gâchis de potentiel humain, ce qui, à long terme, coûtera cher à la société. »

L’ancien député provincial Gary Minkowski a souligné que le nombre d’étudiants Sourds inscrits dans des établissements d’enseignement postsecondaire a chuté d’environ 70% depuis que les gouvernements provinciaux ont commencé à orienter les enfants Sourds vers des programmes de thérapie audio-verbale d’où la langue des signes est exclue.
« Allez-vous dire à la communauté Sourde que cela n’est que pure coïncidence? Ça ne l’est pas. Il y un lien direct entre l’accès à la langue des signes et l’accès aux possibilités d’instruction. »

Sheila Carlin a expliqué que la position de la FMS était d’exiger que l’adoption de quatre mesures par le gouvernement à tous les niveaux :

  1. Ratifier la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées.
  2. Lever toutes les interdictions relatives à l’apprentissage de la langue des signes par les enfants Sourds.
  3. Réaffirmer que toutes les personnes Sourdes ont le droit d’accéder à une éducation de qualité par le biais de modes visuels, y compris la langue des signes.
  4. Exiger une formation obligatoire pour les éducateurs en langue des signes et en aménagement pour les personnes Sourdes.

« Pour la plupart des jeunes et des enfants Sourds, les signes sont la langue la plus accessible et naturelle, » a déclaré Sheila Carlin. « Leur droit à utiliser cette langue dans leurs études doit être respecté et protégé pour leur permettre de devenir des citoyens positifs et productifs au sein de la société. »

-30-

L’Association des Sourds du Canada (www.asc.ca) : Fondée en 1940 par les trois associations régionales des Sourds, l’Association des Sourds du Canada (ASC) est l’organisation nationale qui représente les 310 000 citoyens Sourds du Canada. L’ASC offre des consultations et de l’information sur les besoins des Sourds et leurs intérêts au public, aux entreprises, aux médias, aux éducateurs et autres. L’Association fait des recherches et collecte des données sur les questions liées à la surdité; elle produit des rapports sur ces études, crée et exécute des programmes expérimentaux.